Lointain souvenir de la peau

Russell Banks

Paru en 2012 aux éditions Actes Sud

Comment survivre à l’opprobre ? Quel sens donner à son existence quand la culpabilité et la honte vous habitent en permanence ? Où trouver une place, où continuer à vivre ?

Le Kid, le héros (ou anti-héros) du roman de Russell Banks, se pose toutes ces questions alors qu’il n’est âgé que de 22 ans. Il fait partie d’une communauté peu commune, celle des délinquants sexuels de la ville de Calusa en Floride, qui a trouvé refuge sous un viaduc, loin des regards, loin de la société des gens « normaux ». Russell Banks décrit à merveille cette bande d’inadaptés munis de bracelets électroniques vivant en marge, dans l’humidité, la saleté, le bruit, l’insécurité permanente. Font-ils encore partie des humains ? Cette misère est-elle le prix à payer pour les crimes commis ?

L’auteur pose et repose cette question : que faire des personnalités désaxées, des pervers sexuels, des criminels, petits ou grands ? Leurs faiblesses coupables doivent-elles éternellement les condamner à une vie de reclus ? Le cas du Kid est éloquent : enfant sans père, délaissé par une mère peu aimante, addict aux écrans et à la pornographie dès son plus jeune âge, désocialisé, il se laisse happer par le charme vicieux des rencontres virtuelles et se fait prendre au piège… C’est un personnage terriblement attachant car sans véritables défenses. Il n’a pas le temps d’apprendre de ses erreurs qu’il est déjà condamné. Peut-il encore croire au bonheur, au milieu des autres ? Réintégrer une vie sociale ? Ne pas sombrer dans le fatalisme ? Ses compagnons d’infortune sont des animaux (un iguane, une chienne, un perroquet) aussi abîmés que lui, un étrange professeur au passé mystérieux et troublant… Il trouve un temps refuge sur un bateau au milieu de la nature si particulière du Sud de la Floride. Un sentiment, éphémère, de plénitude l’étreint…

Russell Banks signe un roman passionnant. Dérangeant aussi car il aborde des sujets délicats, pointe du doigt certaines des failles de nos sociétés contemporaines. La misère, sous toutes ses formes (économique, sociale, sexuelle), est le terreau de la plupart des déviances. L’isolement, le repli sur soi que, paradoxalement, peuvent engendrer ou favoriser les nouvelles technologies, sont des questions d’actualité brûlantes auxquelles nous sommes tous amenés à réfléchir.

Autre grand livre de Russell Banks : « De beaux lendemains »

5 commentaires sur “Lointain souvenir de la peau

    1. « De beaux lendemains » est un livre très marquant pour moi. J’ai retrouvé Russell Banks avec « Lointain souvenir de la peau » et je suis à nouveau bluffé. Cet auteur me passionne et j’ai envie de tout lire, « American darling », « Continent à la dérive » notamment. Merci pour votre retour.

      Aimé par 1 personne

  1. j’ai beaucoup aimé « Un membre permanent de la famille » alors j’en eu envie de découvrir son univers et j’en ai plusieurs dans ma PAL notamment « Des beaux lendemains » et American Darling » mais le temps passe 🙂
    j’ai vu qu’il y avait un « collector » avec ces 2 romans et « sur le règne de Bone »

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s