Rentrée littéraire 2022 : deux histoires londoniennes

Open Water de Caleb Azumah Nelson, Editions Denoël (Traduction : Carine Chichereau)

Dernière nuit à Soho de Fiona Mozley, Editions Joëlle Losfeld (Traduction : Laeticia Devaux)

Deux romans, parus en 2021 au Royaume-Uni, ont été traduits et édités à l’occasion de la rentrée littéraire française. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le travail de Caleb Azumah Nelson et de Fiona Mozley, deux jeunes écrivains britanniques pleins d’avenir. « Open Water » et « Dernière nuit à Soho » sont deux livres assez différents. Leur point commun est de mettre merveilleusement en valeur la capitale anglaise. Londres est une ville-monde, trépidante, en permanente évolution qui, malgré tous les changements, conserve un charme unique que les deux romans décrivent avec subtilité.

« Open water » est un premier roman. Difficile de ne pas être impressionné par la forme originale que l’auteur donne à son texte dans lequel le personnage principal, dont on ne connaît pas le nom, est désigné par le pronom personnel « tu ». Le roman nous parle de la naissance d’une histoire amour entre un homme et une femme, tous les deux noirs, jeunes adultes, passionnés par l’art (lui par la photo, elle par la danse). Ils sont intégrés à la vie londonienne, sortent beaucoup et c’est lors d’une soirée dans un pub que la rencontre a lieu. Lui est célibataire alors qu’elle est en couple. Petit à petit, un lien se crée. L’auteur décrit avec beaucoup de sensibilité les différentes étapes qui amènent ces deux personnages à s’apprivoiser, à se rapprocher émotionnellement et physiquement. Une passion des unit : la musique. Le blues, le jazz, le rap sont omniprésents dans leur vie et beaucoup de morceaux ou chansons, cités par l’auteur, font écho à leur émois, à leurs doutes, à leurs peurs intimes… « Open Water » aborde aussi frontalement la question du racisme. Etre noir, et donc faire partie d’une minorité, pose toujours question de nos jours, même dans une grande capitale européenne. L’inquiétude s’immisce très facilement face aux violences de certains policiers. L’injustice d’être jugé à cause de sa couleur de peau est source, encore aujourd’hui, de beaucoup d’incompréhension et de souffrance.

« Dernière nuit à Soho » est ce qu’on appelle un roman choral. Fiona Mozley crée une galerie de personnages liés les uns autres par des liens plus ou moins proches. Precious, Agatha, Robert, Lorenzo, Bastian, Glenda, Paul, Debbie… Toutes et tous racontent quelque chose du Londres d’aujourd’hui. Un immeuble situé à Soho, quartier historique de la capitale, est au coeur de l’intrigue. Il appartient à une jeune et riche héritière qui entend bien chasser, par tous les moyens, les prostituées qui y vivent et qui y travaillent. L’appât du gain est irrésistible et ce que l’on appelle la gentrification des quartiers populaires est l’une des thématiques abordée par l’autrice. Les intérêts des uns et des autres divergent. Le roman décrit par exemple le parcours atypique de Precious qui a choisi de devenir prostituée pour survivre dans une ville où il est si facile de tomber dans la pauvreté. Elle est heureuse de vivre dans un immeuble où la solidarité veut dire encore quelque chose. Le pub est un autre lieu incontournable dans lequel beaucoup de choses se passent. Riches et pauvres s’y côtoient parfois. Fiona Mozley parle avec justesse et tendresse de la vie de tous ces personnages issus de milieux sociaux différents. Elle tisse de chapitres en chapitres une histoire addictive, jusqu’à un dénouement surprenant. Un coup de coeur de la rentrée !

5 commentaires sur “Rentrée littéraire 2022 : deux histoires londoniennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s